Le Nouvel Agenda pour la Méditerranée
et ses politiques vertes

Analyse

- 16 juin 2021

introduction

 

L'ambition d' une Europe plus forte dans le monde est au cœur des six priorités de la Commission européenne pour l'Union européenne de 2019 à 2024. L'objectif de l'UE est de jouer un rôle plus important, plus solidaire et plus proactif au sein de la sphère internationale défendre le principe d'un multilatéralisme fondé sur des règles.

L'un des éléments clés de cette stratégie est le nouvel agenda pour l'Union méditerranéenne englobé dans la politique de voisinage de l'UE (PEV) et plus précisément dans la coopération régionale avec les partenaires méditerranéens du voisinage méridional. Les pays voisins du sud concernés par la politique sont : le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Egypte, Israël, la Palestine, le Liban, la Jordanie et la Syrie.

Crédits photo : Twitter @EU_Commission

Contexte

Le processus de construction a commencé lors de la Conférence de Barcelone de 1995 qui a établi le Partenariat euro-méditerranéen (PEM). Près de dix ans plus tard, en 2004, la PEV était lancée. Ce partenariat a été revu en 2015 pour promouvoir davantage la prospérité et l'ouverture économiques, la stabilité, l'État de droit et la sécurité. La version révisée de l'accord englobait également l' Accord de Paris sur le climat et les Objectifs de développement durable (ODD) adoptés en septembre 2015, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies de l'Agenda 2030 pour le développement durable - et prend donc également en compte l'action climatique et la sécurité énergétique. .

La dernière étape de cette politique de coopération entre l'UE et ses partenaires du Sud a été franchie à travers le Nouvel Agenda pour la Méditerranée, présenté par la Commission et le Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. L'Agenda a finalement été adopté par le Conseil le 19 avril 2021 et a pour grand projet l'accompagnement de la transition numérique et verte. Toutes les politiques promues sont à fonder autour de cette double transition.

Le nouvel agenda des politiques méditerranéennes

Au cœur du Nouvel Agenda pour la Méditerranée se trouvent un certain nombre de secteurs prioritaires qui doivent être renforcés et promus :

Développement humain, bonne gouvernance et état de droit en mettant l'accent sur la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des jeunes :

  • Erasmus+ pour augmenter les opportunités éducatives pour les jeunes.

  • Les actions Marie Skłodowska-Curie dans le cadre d'Horizon Europe, qui sont un ensemble de programmes de subventions pour soutenir la recherche dans l'Espace européen de la recherche.

  • Programme Europe créative pour promouvoir la diversité culturelle et linguistique de l'Union européenne et renforcer la compétitivité du secteur culturel.

  • Plan d'action éducation numérique 2021-2027 pour soutenir l'adaptation durable des systèmes éducatifs à l'ère numérique.

  • Plateformes de Pôles d'Excellence Professionnelle pour développer des "écosystèmes de compétences" qui contribuent au développement régional, économique et social.

Résilience et transition numérique :

  • Fonds européen pour le développement durable Plus (EFSD+) pour cofinancer des investissements durables financés par des fonds de relance souverains de partenaires.

  • Initiative d' Addis Tax qui agit en tant que partenaire de différents acteurs pour encourager la  action et renforcer la mobilisation des recettes intérieures (MRN) dans les pays partenaires afin d'améliorer les systèmes fiscaux et de combler les déficits de financement du développement. .

  • 2021-2027 Projets de transport euro-méditerranéens pour atteindre la neutralité climatique en Méditerranée pour assurer une croissance durable. Le programme s'articulera autour de deux axes de coopération, l'axe thématique et la gouvernance qui viseront à réaliser trois missions : une « Méditerranée plus intelligente », une « Méditerranée plus verte » et « des espaces verts vivants ».

Paix et sécurité :

  • Processus de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (AML / CTF) pour prévenir le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme en imposant un certain nombre d'obligations au secteur financier, au secteur des jeux d'argent, aux services de transfert de fonds, aux marchands de lingots et à d'autres professionnels qui fournissent des services particuliers. services désignés.

  • Projet "Counter-Terrorism Inflow" qui sera un partenariat pour lutter contre le terrorisme par l'échange d'informations entre les décideurs du Voisinage Sud et le CEPOL.

  • Police Euromed pour renforcer la coopération sur les questions de sécurité.

  • « EU4 Monitoring Drugs » pour renforcer la coopération sur les questions liées à la drogue et  menaces émergentes pour la sécurité et la santé.

  • EuroMed Justice pour promouvoir des systèmes de justice efficaces et démocratiques.

  • Programmes CyberSud pour renforcer la législation et les capacités institutionnelles sur la cybercriminalité et les preuves électroniques.

  • Missions et opérations relevant de la politique de sécurité et de défense commune (utilisant des accords-cadres de participation) pour permettre à l'Union de jouer un rôle de premier plan dans les opérations de maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale.

Migration et mobilité :

  • Meilleure gouvernance de l'asile, gestion des frontières, capacités de réadmission, voies légales de réinstallation et programmes de mobilité de la main-d'œuvre, cadres de coopération triangulaire Sud-Sud.

La transition verte du nouvel agenda

Un autre sujet au cœur même de ce nouvel ordre du jour est la  transition verte , d'où l' évolution vers la résilience au changement climatique, la promotion d'une énergie plus durable et la protection de l'environnement. Cette coopération renforcée entre l'UE et ses partenaires méditerranéens visera à encourager ces derniers à accroître leur ambition climatique à travers la détermination de mesures d'action pour le climat mesurables en ligne avec leurs contributions nationales déterminées (CDN) dans le cadre de l'Accord de Paris, les plans nationaux d'adaptation (PAN) et la dimension externe du Green Deal européen . L'accent sera mis sur le soutien à la résilience au changement climatique, les investissements à l'épreuve du climat, l'investissement dans des mesures préventives, des solutions fondées sur la nature et des capacités de gestion des risques.

Les objectifs prioritaires retenus  sera:

  • Déploiement massif d' énergie renouvelable et de production d'hydrogène propre , pour atteindre au moins 40 gigawatts de capacité d'électrolyseur dans le voisinage de l'UE d'ici 2030

  • Interconnexion renforcée des systèmes électriques

  • Efforts et mesures d' efficacité énergétique , en mettant l'accent sur les bâtiments et les appareils

  • Politiques visant à lutter contre les émissions fugitives de méthane provenant de la production, du transport et de l'utilisation de combustibles fossiles - conformément au cadre défini dans la stratégie de l'UE sur le méthane

  • Mesures de protection et de restauration de la biodiversité et gestion durable de l'eau

  • Transition vers des systèmes alimentaires durables avec un fort soutien à l'intégration régionale des marchés - dans le cadre de l' AfCFTA et de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM)

​​

Pour atteindre ces objectifs, l'UE et ses partenaires du Sud s'engageront stratégiquement avec les institutions financières internationales par le biais de forums internationaux - comme la plate-forme internationale sur la finance durable - qui aideront à coordonner les efforts en matière d'investissements durables tels que les taxonomies vertes, les divulgations environnementales et climatiques, les normes et labels pour les produits financiers verts (y compris les obligations vertes).

 

Le changement climatique semble être essentiel pour le nouvel agenda en raison des implications qui se chevauchent sur la migration, les conflits et la cohésion - qui sont un facteur principal d'instabilité dans la région. De nombreux représentants de l'UE, tels que la première vice-présidente du Parlement européen, Roberta Metsola , ont déclaré à plusieurs reprises la nécessité d'un engagement clair de toutes les parties pour lutter contre le changement climatique . Ils ont également répété à plusieurs reprises comment le changement climatique doit être compris en termes d' économie verte - ce qui implique un investissement accru dans le secteur des infrastructures d'énergie renouvelable.

Les instruments législatifs et économiques pour mettre en œuvre le nouvel agenda

La mise en œuvre du nouvel agenda pour la Méditerranée se fera principalement par le biais de l' instrument pour l'Europe globale , également connu sous le nom de nouvel instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (INDIC) , approuvé le 18 mars 2021. Cet instrument a été créé pour rationaliser le développement de l'UE. dépenses. Il regroupe sept des dix instruments précédemment utilisés – tels que le Fonds européen de développement (FED) hors budget – pour prévoir des actions à l'appui des politiques d'action extérieure de l'UE. Il dispose de 79,5 Md€ en prix courants dont 60,38 Md€ dédiés aux programmes géographiques (dont au moins 19,32 Md€ pour le Voisinage et 29,18 Md€ pour l'Afrique subsaharienne).

La Commission a proposé, avec son prochain cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027, de mobiliser jusqu'à 7 milliards d'euros au titre du NDICI pour le nouvel agenda pour la Méditerranée. Ce budget comprend le soutien aux garanties EFSD+ et à la plateforme d'investissement pour le voisinage afin d'inciter les investissements privés et publics jusqu'à 30 milliards d'euros. Cependant, les critiques suggèrent que le budget alloué à l'Agenda est trop faible par rapport aux défis auxquels l'Agenda entend faire face.

Le nouvel agenda utilisera également le FEDD+ dans le cadre de l' instrument européen mondial qui permettra d'attirer les investissements du secteur privé. Il travaillera en coopération avec la Banque européenne d'investissement (BEI) , la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) , les banques de développement des États membres et les institutions financières internationales. Enfin, l'UE encouragera également les initiatives de programmation conjointe et d'équipe Europe sur le terrain, ainsi que la future architecture financière européenne pour le développement , qui contribuera à maximiser les efforts de l'UE. Les documents conjoints continueront d'encadrer l'aide extérieure dans le cadre du cadre financier pluriannuel de l'UE 2021-2027.

Conclusion

Ce nouvel agenda aura un impact important sur les acteurs du secteur privé. Conformément à ce nouvel agenda, la Commission européenne mettra en œuvre diverses initiatives pour réaliser la double transition numérique et verte et les objectifs qui en découlent. Des mesures concrètes, comme dans le secteur vert, seront soigneusement mises en œuvre tout en tenant compte des principes démocratiques promus par l'UE. Pour les entreprises européennes, il convient d'être attentif aux opportunités qu'un tel partenariat renforcé avec la région du Sud pourrait offrir - en particulier avec ces opportunités accrues de stabilité, de commerce et d'investissement créées pour soutenir la compétitivité et la croissance inclusive. De même, les entreprises non européennes doivent être conscientes des implications actuelles de l'Agenda mais aussi de ses prochaines étapes. Le nouvel agenda sera probablement un moyen pour l'UE de donner la priorité aux institutions privées et publiques qui se conforment pleinement aux objectifs et aux valeurs de l'agenda tout en pénalisant, en termes de coopération, celles qui ne le font pas. Avec les politiques de coopération, de commerce et d'investissement accrues que le nouvel agenda appellera, davantage d'opportunités s'ouvriront aux entreprises, en particulier dans les domaines des énergies renouvelables et de l'agriculture .

Lighthouse Europe dispose d'un personnel spécialisé dans tous les domaines et les implications potentielles du Nouvel Agenda pour la Méditerranée qui peut aider votre entreprise à se positionner conformément aux objectifs de l'UE.


Pour plus d'informations : info@lighthouseeurope.com

Par Axelle Helewa