Le multilatéralisme dans un monde post-COVID

RAPPORT

- 2 décembre 2020

L'article a été rédigé à la suite d'un entretien avec l'ambassadeur de la Nouvelle-Zélande auprès de l'Union européenne et de l'OTAN, M. Carl Reaich. Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues spécifiques du gouvernement néo-zélandais.

En tant que cadre directeur des relations internationales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le multilatéralisme et le système de commerce international fondé sur des règles ont créé la prospérité pour les pays, sorti des millions des griffes de la pauvreté et contribué à renforcer les relations entre les pays. Mais le multilatéralisme est confronté à un certain nombre de défis. Même avant le COVID-19, certains pays ont exprimé des réserves quant à la poursuite de la coopération dans des forums multilatéraux tels que les Nations Unies (ONU) et l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le COVID-19 n'a fait qu'exacerber les défis auxquels le multilatéralisme est confronté . Josep Borrell Fontelles, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a récemment fait remarquer à l'ONU que la pandémie ébranle les fondements mêmes des sociétés et expose les vulnérabilités des nations les plus fragiles du monde.

. 

La pandémie risque d'approfondir « les conflits existants et de générer de nouvelles tensions géopolitiques ». L'appel nationaliste au protectionnisme a été une carte de visite attrayante pour de nombreux partis politiques et politiciens. Beaucoup se souviendront des pénuries d' équipements de protection individuelle au début de la crise en raison de la thésaurisation des fournitures par certains pays. Pourtant, le multilatéralisme a encore beaucoup à offrir pour renforcer la détermination et la résilience collectives des nations face à une crise qui s'ensuit comme la COVID-19 et le changement climatique.

Pour explorer plus en détail l'avenir du multilatéralisme et du système de commerce international fondé sur des règles, Lighthouse Europe a pris le temps d'échanger sur le sujet avec M. Carl Reaich, ambassadeur de Nouvelle-Zélande auprès de l'Union européenne et de l'OTAN, qui a proposé de partager le perspective du petit État-nation insulaire au fond du Pacifique Sud.

Pour la Nouvelle-Zélande (NZ), le multilatéralisme consiste fondamentalement à reconnaître qu'en tant qu'États-nations et peuples d'origines, de cultures, de religions et de croyances diverses, nous sommes tous dans le même bateau. La Première ministre Jacinda Ardern a récemment expliqué l'approche de la Nouvelle-Zélande en matière de multilatéralisme dans un discours prononcé en 2018 devant l'Assemblée générale des Nations Unies, où elle a noté qu '"en Nouvelle-Zélande, faire cavalier seul n'est pas une option". Une action internationale collective est dans l'intérêt des petites nations, en particulier sur des questions qui ont des effets universels et transfrontaliers qu'aucune nation n'a intérêt à traiter seule.
 

Le système fondé sur des règles est à la base du multilatéralisme. Des règles claires, prévisibles et applicables signifient que la loi de la jungle ne règne pas en maître, que le fort ne peut pas simplement dicter au faible. Dans un système basé sur des règles, un dialogue Melian est intenable. Pour les petites nations comme la Nouvelle-Zélande, c'est la meilleure façon de faire avancer les choses au niveau international. En collaborant avec d'autres, les nations ont de meilleures chances de mettre leurs intérêts à l'ordre du jour que si elles s'en sortaient seules.  

L'UE et la Nouvelle-Zélande sont toutes deux de fervents partisans du multilatéralisme et, ensemble, elles coopèrent dans presque tous les domaines politiques et dans toutes les enceintes. M. Reaich s'empresse de noter que même s'ils ne sont peut-être pas d'accord sur toutes les questions, l'engagement commun en faveur du multilatéralisme se traduit par un engagement constructif les uns avec les autres pour résoudre les différends et travailler ensemble sur la scène internationale pour atteindre des objectifs communs. L'Accord de Paris de 2016 était un domaine, en particulier, où la Nouvelle-Zélande et l'UE ont travaillé de manière constructive.

 

Un autre domaine de coopération est la réforme de l'OMC. En mars 2020, le représentant permanent de la Nouvelle-Zélande auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'ambassadeur David Walker, a été nommé à la présidence du Conseil général de l'OMC, offrant à la Nouvelle-Zélande l'occasion unique de contribuer à faire avancer le processus de réforme. Une tâche ardue nous attend. Puisque l'OMC est une organisation fondée sur le consensus, elle avancera toujours au rythme de son membre le plus lent. Mais la Nouvelle-Zélande peut compter sur le soutien de l'UE. Dans son discours sur l'état de l'Union de 2020 , la présidente von der Leyen a annoncé une nouvelle initiative visant à renforcer la contribution de l'UE au multilatéralisme fondé sur des règles et, en 2021, la Commission et le Conseil produiront une communication conjointe qui proposera des actions concrètes pour atteindre ces objectifs.

Ces derniers temps, la Nouvelle-Zélande a rencontré un grand succès dans la promotion du multilatéralisme en dehors des principaux forums internationaux par le biais d'accords plurilatéraux. Les accords plurilatéraux permettent aux nations partageant les mêmes idées de fixer des objectifs ambitieux qui se transforment en accords plus larges, démontrant aux nations réticentes que les accords sont bénéfiques. Un exemple pratique récent de ce bon fonctionnement est le Partenariat transpacifique global et progressiste qui a débuté par une négociation entre la Nouvelle-Zélande, le Chili, Brunei et Singapour. La négociation est ensuite devenue le plus grand accord commercial régional de l'histoire avec un total de quatorze membres, dont les États-Unis et le Japon. Bien que le président Trump ait retiré les États-Unis de l'accord, les autres membres ont signé l'accord ( CPTPPP ) et la porte reste ouverte pour que les États-Unis rejoignent d'autres nations. La Chine et le Royaume-Uni ont exprimé leur intérêt à le faire.

La Nouvelle-Zélande poursuit la même stratégie dans son ambition de lutter contre le changement climatique par le biais de la politique commerciale, en particulier dans le domaine des subventions aux combustibles fossiles. À l'échelle mondiale, les pays subventionnent la production et la consommation de combustibles fossiles à hauteur de plus de 420 milliards d'euros par an. Les subventions entravent la transition vers les technologies d'énergie renouvelable en créant des incitations artificielles à s'en tenir aux combustibles fossiles. Pour résoudre ce problème, la Nouvelle-Zélande travaille avec un groupe de pays partageant les mêmes idées, notamment la Norvège, l'Islande, le Costa Rica et les Fidji, pour rédiger un accord sur le changement climatique, le commerce et la durabilité . L'objectif est de construire ensemble un cadre et d'augmenter progressivement le nombre de signataires.  

 

On pourrait même espérer que l'UE considérerait l'accord, qui est conforme aux objectifs du Green Deal européen . Le Parlement européen, dans son rapport d'initiative sur la nouvelle stratégie industrielle pour l'Europe, "invite la Commission, (…) à défendre un système commercial multilatéral ouvert et fondé sur des règles, qui soit cohérent avec les efforts mondiaux visant à enrayer le changement climatique et la biodiversité ”. Peut-être que la première étape vers cela est les négociations en cours sur l'accord de libre-échange entre la Nouvelle-Zélande et l'UE, où il est possible d'inclure des engagements environnementaux contraignants dans l'accord.

Les accords plurilatéraux démontrent que même face aux impasses dans les plus grands forums multilatéraux, des accords ambitieux et tournés vers l'avenir peuvent être conclus qui peuvent faire avancer des questions clés telles que le changement climatique. Un pays comme la Nouvelle-Zélande ne serait jamais en mesure de conclure ces accords par lui-même. C'est par le biais d'un dialogue constructif avec les autres que les nations peuvent s'unir pour trouver des solutions à des problèmes qu'elles seraient autrement incapables de résoudre par elles-mêmes .

Malgré les cris nationalistes et protectionnistes de certains, la crise du COVID a démontré l'efficacité du multilatéralisme lorsque des intérêts collectifs sont en jeu. COVAX est un projet multilatéral visant à garantir un accès équitable à un vaccin contre le COVID-19 dès que possible. L'UE a assuré un leadership indispensable dans ce domaine. En outre, l'Organisation mondiale de la santé a joué un rôle déterminant en offrant des conseils d'experts et un soutien aux pays tout au long de la crise. En fait, le gouvernement néo-zélandais attribue son succès à ce jour dans la lutte contre le COVID en Nouvelle-Zélande en partie au soutien fourni par l'OMS. Ainsi, comme le souligne l'Ambassadeur Reaich, les périodes de crise sont précisément celles où les pays ne doivent pas lever le pont-levis et se retirer à l'intérieur de leurs propres frontières, mais doivent plutôt s'engager avec la communauté internationale pour trouver des solutions collectives.  

En effet, si le COVID a démontré quelque chose, c'est que le multilatéralisme est non seulement efficace mais aussi résilient. Peut-être que COVID agira comme un signal d'alarme pour la communauté internationale que la meilleure façon de s'attaquer aux problèmes transnationaux est la coopération. La Nouvelle-Zélande et l'UE partagent cette vision. Tous deux démontrent par leurs politiques et leurs actions que, qu'il s'agisse d'une petite nation clouée au bas de la carte ou de l'un des plus grands blocs commerciaux du monde, nous ne pouvons pas faire cavalier seul, que nous sommes tous dans le même bateau.


Par Alexandre Prenter